Icône blogue

Blogue

Icône palamrès

Quoi lire

Icône partage

Partage littéraire

Icône catalogue

Catalogue virtuel

Icône liens

Liens utiles

Icône questions

Questions

Qui a dit qu’il fallait être majeur·e pour faire une révolution, hein?

Voici le portrait de trois jeunes adolescentes qui sont bien déterminées à changer les choses autour d’elles.

1. Malala Yousafzai – Militante pour le droit des filles à l’éducation – Pakistan

© DFID – UK Department for International Development

Née en 1997, au Pakistan, Malala a toujours voulu étudier pour devenir médecin. Dans une ville prise au cœur d’un conflit entre l’armée pakistanaise et les talibans, cela s’avère toutefois difficile. Surtout lorsque les talibans incendient les écoles pour filles et assassinent leurs opposants. Outrée par ces mesures, Malala commence un blogue anonyme en 2009 dans lequel elle fait part de son point de vue sur l’éducation au Pakistan. Dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas est néanmoins très risqué dans ce pays. Peu contents de la mauvaise publicité qu’elle leur fait, les talibans finissent par s’en prendre à Malala personnellement. Lors de sa sortie de l’école, en 2012, on tente de l’assassiner. Grièvement blessée on la transporte d’urgence au Royaume-Uni. C’est cet événement qui la fera connaître du monde entier et qui donnera un nouveau souffle au combat de Malala pour l’éducation. On la verra aux notamment à l’ONU, où son discours pour l’éducation des jeunes filles méritera une ovation debout. Elle rencontrera également Barack Obama et Elisabeth II, juste avant de gagner le prix Nobel de la paix, en 2014. Elle avait alors 17 ans. Elle est à ce jour la plus jeune personne à avoir gagné ce prix.

 

 

Trois livres qui parlent de Malala :

       

Clique sur les livres pour savoir où les trouver à la Bibliothèque publique de Drummondville !

 

2. Emma González – Militante pour le contrôle des armes à feu – États-Unis

© The Office of Congressman Ted Deutch

Le 14 février 2018, Nikolas Cruz entre à l’école  Marjory Stoneman Douglas High School de Parkland, en Floride, armé d’un fusil d’assaut. Après avoir mis son masque à oxygène, il déclenche l’alarme incendie et lance des grenades fumigènes avant de tirer sur plusieurs élèves. Il tuera 17 personnes et en blessera 15 autres.  Le lendemain du drame, Emma González, 18 ans et rescapée de la fusillade, a pris la parole devant des milliers de personnes pour demander au gouvernement de Donald Trump de mieux réglementer le droit de porter des armes à feu aux États-Unis. Elle et plusieurs autres jeunes de son école ont par la suite organisé des marches partout au pays contre les armes où des milliers de personnes ont crié qu’eux aussi en avaient assez. À ce jour, Emma peut se vanter d’avoir deux fois plus de followers sur Twitter que la NRA (National Rifle Assosciation), une puissante association pro-armes très près du gouvernement Trump. Comme quoi elle et les membres du mouvement #NeverAgain (#Plusjamais) ont peut-être des chances de faire tourner le vent en leur faveur…

 

 

Deux livres où l’on est témoin d’une fusillade dans une école :

 

Clique sur les livres pour savoir où les trouver à la Bibliothèque publique de Drummondville !

Tu peux aussi lire un article très intéressant sur Emma et le mouvement #NeverAgain, paru il y a deux ans dans Le Temps.

3. Sonita Alizadeh – Rappeuse et militante contre le mariage forcé – Afghanistan

© Women in the World – Strongheart Group

C’est en Afghanistan que naît Sonita vers la fin des années 1990. À 10 ans, elle échappe à un mariage forcé et est obligée de quitter sa ville natale pour fuir les talibans. Elle se retrouve alors dans un camp de réfugiés en Iran, où elle peut aller à l’école et faire ce qu’elle aime le plus : écrire des poèmes et les chanter, chose qui lui était interdite en Afghanistan. C’est à ce moment qu’une réalisatrice la découvre et tourne un documentaire sur elle, croyant qu’elle a beaucoup de talent. Sa mère veut toutefois la ramener en Afghanistan, pour tenter une deuxième fois de la marier de force, car elle a besoin d’argent pour acheter une épouse à son frère. Après avoir écouté sa vidéo Brides for sale (Mariées à vendre),  vue aujourd’hui plus de 900 000 fois sur Youtube, l’association StrongHeart, qui travaille sur l’impact des changements sociaux, lui permettra de partir étudier la musique aux États-Unis et de fuir cet autre mariage. Depuis, Sonita milite activement pour dénoncer les mariages forcés des jeunes filles, dans ses chansons et partout dans le monde.

 

Trois livres qui parlent de mariage forcé :

      

Clique sur les livres pour savoir où les trouver à la Bibliothèque publique de Drummondville !

 

Il n’y a pas qu’elles qui changent le monde! Y a-t-il d’autres ados qui t’inspirent ? Écris-nous dans les commentaires pour nous en parler!

Écrit par

Bibliothèque

17 mars 2021

Ajouter un commentaire

Commentaires

* Avant la publication des commentaires, des palmarès et des articles, un modérateur en vérifiera la teneur. Ce dernier se réserve le droit de ne pas publier un élément, et ce, sans justification. Pour plus de détails, veuillez consulter la Politique d'utilisation
** La Bibliothèque publique de Drummondville se décharge des propos, de l’exactitude de l’information et de la qualité du français des commentaires, des articles et des sites mis en référence par les utilisateurs.

Aucun commentaire pour le moment
Ajouter un commentaire
Voir plus de commentaires
Icône flèche retourRetour aux articles