Icône blogue

Blogue

Icône palamrès

Palmarès

Icône évènements

Événements

Icône catalogue

Catalogue virtuel

Icône liens

Liens utiles

Icône questions

Questions

Camille Bouchard, c’est une vraie machine à écrire ! Celui qui a entre autres signé les séries Pirates, L’Après-monde, Empire et La Déesse noire publiera cet hiver son 100e roman. Entrevue avec un auteur qui a (encore) des histoires plein la tête.

 

Tu es un auteur TRÈS prolifique. Comment arrives-tu à écrire autant ? Comment maintiens-tu le rythme ?

Une grande discipline est primordiale, c’est sûr. Mais, surtout, j’ai la tête remplie d’histoires à raconter et j’ai l’impression de manquer de temps pour parvenir à tout mettre par écrit. Disons que je n’ai pas de temps à perdre sur les réseaux sociaux et devant la télé !

 

Pourquoi écris-tu ? Est-ce pour le plaisir ou par nécessité ?

Quand j’étais jeune, je voulais faire de la bédé, mais je n’avais pas tant de talent pour le dessin. Ensuite, je me suis tourné vers le théâtre et le cinéma, mais ça ne me permettait pas de raconter les histoires que je voulais, car il y avait toujours des contraintes techniques ou financières. Avec le roman, j’ai découvert une grande liberté de création : on peut raconter une histoire intime ou une grande fresque de science-fiction, ça ne coûte pas plus cher et les effets spéciaux sont illimités. Je raconte donc des histoires par plaisir et j’ai choisi l’écriture par nécessité de liberté.

 

As-tu une routine de rédaction ?

Pas vraiment. J’écris principalement le matin, ce qui me laisse les après-midi pour faire autre chose.

 

Où trouves-tu ton inspiration ?

Dans tout ! Tout peut être matière à raconter une histoire. Je suis à l’affût de tout ce qui se passe autour de moi, sans arrêt. Mais, à mon âge, je ne fais plus d’effort en ce sens. C’est devenu une habitude. Je prends continuellement des notes.

 

Tu écris pour différents publics, les préados, les ados et les adultes. Pourquoi ?

Défi d’artiste. Toujours écrire les mêmes histoires pour le même public me paraîtrait d’un ennui mortel. J’ai besoin de sortir de mes zones de confort, de me renouveler. À chaque nouveau roman, je place la barre un peu plus haute et je me lance le défi d’écrire dans un style ou un genre que je ne connais pas.

 

Comment adaptes-tu tes histoires ou ta plume à l’âge de tes lecteurs ?

Maintenant, je le fais d’instinct. Je connais bien chaque public. Je donne ÉNORMÉMENT de conférences dans les écoles chaque année, ce qui me permet de connaître mes lecteurs, tous âges confondus.

 

Tu voyages six mois par année dans un véhicule récréatif. Qu’est-ce que tes voyages apportent à ton travail d’écrivain ?

Au début, je craignais que ça me déconcentre, mais c’est l’inverse qui s’est produit. Je suis terriblement productif en voyage, car tous mes sens sont sollicités, sans arrêt, et ça rend les histoires encore plus nombreuses à se bousculer dans ma tête.

 

Quels étaient tes auteurs ou tes livres préférés quand tu étais ado et jeune adulte ?

Préado, j’étais un fan fini de Tintin. Ado, j’ai lu les Corto Maltese, Bernard Prince et autre Bob Morane de ce monde. Une fois jeune adulte, je suis devenu un mordu de science-fiction et de… documents historiques.

 

As-tu des suggestions de lecture pour les ados et les jeunes adultes ?

Non, pas vraiment. La lecture est quelque chose de très personnel et je n’ai pas la prétention de dire que chaque personne doit avoir lu tel ou tel auteur. La meilleure façon d’être bien conseillé en ce sens est de s’adresser à la bibliothécaire de son école ou à son libraire.

 

Que conseilles-tu aux jeunes qui souhaitent être publiés un jour ?

De lire. Il n’y a pas de meilleure façon d’apprendre à écrire et à raconter des histoires. Vraiment.

 

 

10 idées de romans pour (re)découvrir Camille Bouchard :

  1. L’affaire Maria Gomez
  2. La gentillesse des monstres
  3. Flibustiers du Nouveau Monde, tome 1
  4. Pirates, tome 1
  5. À bord de l’Ouragan, tome 1
  6. Nouvelle-Orléans
  7. Le siècle des malheurs – Pistolero
  8. L’intouchable aux yeux verts
  9. Les disques mous de la mémoire
  10. Les crocodiles de Bangkok

Écrit par

Bibliothèque_Animation

16 octobre 2019

Ajouter un commentaire

Commentaires

* Avant la publication des commentaires, des palmarès et des articles, un modérateur en vérifiera la teneur. Ce dernier se réserve le droit de ne pas publier un élément, et ce, sans justification. Pour plus de détails, veuillez consulter la Politique d'utilisation
** La Bibliothèque publique de Drummondville se décharge des propos, de l’exactitude de l’information et de la qualité du français des commentaires, des articles et des sites mis en référence par les utilisateurs.

Aucun commentaire pour le moment
Ajouter un commentaire
Voir plus de commentaires
Icône flèche retourRetour aux articles